La Nouvelle Revue d'Histoire : "L'histoire à l'endroit". Fondée en 2002 par Dominique Venner et dirigée par Philippe Conrad.

Le livre de Jean Sévillia est un régal. Il prouve qu’un bon journaliste peut faire un excellent historien.

Gaulois

Historiquement correct

Source : La Nouvelle Revue d’Histoire n°6, mai-juin 2003. Pour retrouver ce numéro, rendez-vous sur la e-boutique en cliquant ici.

Pratiquant une morale manichéenne, l’historiquement correct accuse le passé pour régler des comptes avec le présent.

L’histoire est toujours écrite par les vainqueurs au détriment des vaincus. Les Romains n’ont pas flatté les Gaulois, les Carolingiens ont dénigré les Mérovingiens, les chrétiens ont noirci les cultes antiques, les jacobins ont diffamé la féodalité et les Yankees ont souvent calomnié les Sudistes. Comme la roue tourne, il arrive aussi que d’anciens vaincus prennent leur revanche et assaisonnent à leur tour leurs tourmenteurs. On voit également le virus de la culpabilité ronger soudain les descendants des conquérants.

Historiquement correct. Par Jean Sévillia

Historiquement correct. Par Jean Sévillia

Dans un livre appelé à un grand retentissement, Jean Sévillia n’a pas la prétention de se faire le redresseur universel des torts infligés à tous les perdants. Il a choisi de répondre à l’énorme manipulation dont l’histoire est aujourd’hui l’objet dans notre pays, tant par les médias que par l’enseignement scolaire. Longtemps dominé par la vulgate marxiste, celui-ci a suivi l’évolution générale. Il est soumis à la morale humanitaire et à la victimologie qui rejoignent l’ancien discours divisant le monde entre dominants et dominés, exploiteurs et exploités. Et l’on prend pour cela l’histoire en otage, grâce aux images négatives ou positives forgées par cinquante ans de déformations systématiques.

À la différence de l’historien qui étudie les faits dans le contexte de leur époque, l’historiquement correct pratique l’anachronisme. Il juge le passé avec les bésicles du présent. Il traque le racisme au Moyen Âge ou le sexisme sous l’Ancien Régime. La police embarque des immigrés clandestins : ce sont les rafles de Vichy. Un candidat imprévu se qualifie au second tour de l’élection présidentielle : voici le fascisme. Une émeute tribale dévaste un pays africain, on invoque le Moyen Âge…

Dans un style ferme et limpide, s’appuyant sur les travaux les plus récents des historiens, Jean Sévillia a entrepris de faire justice des falsifications de l’historiquement correct à travers dix-huit thèmes récurrents : les Croisades, l’Inquisition, les guerres de religion, la Révolution, la Commune, le fascisme, la Résistance, la Collaboration, la colonisation, la guerre d’Algérie, etc. Ce livre est un régal. Il prouve qu’un bon journaliste peut faire un excellent historien.

Charles Vaugeois

À propos de

Historiquement correct. Par Jean Sévillia, Perrin, 456 pages, 21,50 €

Boutique. Voir l’intégralité des numéros : cliquez ici

La Nouvelle Revue d'Histoire