La Nouvelle Revue d'Histoire : "L'histoire à l'endroit". Fondée en 2002 par Dominique Venner et dirigée par Philippe Conrad.

Le principal attrait du travail de Christian Bouyer est de décortiquer cette légende dorée et de la remettre à sa place. Cela est fait après une narration minutieuse des faits et gestes de ce pur produit de la Cour française.

Henriette-Anne d’Angleterre. Belle-sœur de Louis XIV, de Christian Bouyer

Henriette-Anne d’Angleterre. Belle-sœur de Louis XIV, de Christian Bouyer

Source : La Nouvelle Revue d’Histoire n°28, janvier-février 2007. Pour retrouver ce numéro, rendez-vous sur la e-boutique en cliquant ici.

Cette femme qui mourut à 26 ans est restée fameuse par l’oraison funèbre que Bossuet lui consacra le 21 août 1670 : « Madame se meurt […] Madame est morte ». Sœur de Charles II Stuart, elle épousa en 1660, Philippe d’Orléans, le cadet de Louis XIV. Elle avait 16 ans.

Henriette-Anne d’Angleterre. Belle-sœur de Louis XIV

Henriette-Anne d’Angleterre. Belle-sœur de Louis XIV

Ceux qui l’approchèrent, les mémorialistes (La Palatine, Bussy-Rabutin, Madame de La Fayette, le cardinal de Retz…) dressèrent vite sa légende : belle, douce, fine, charitable, une avalanche d’avantages et de qualités qu’elle ne méritait pas toujours. Michelet confirma : « Henriette n’était que bienveillance […]. Elle fut douceur et lumière… »

Le principal attrait du travail de Christian Bouyer est de décortiquer cette légende dorée et de la remettre à sa place. Cela est fait après une narration minutieuse des faits et gestes de ce pur produit de la Cour française. Car, élevée en exil, Henriette d’Angleterre s’identifia si bien à la noblesse française qu’elle en adopta tous les traits. L’auteur s’attache au cadre de cette vie ponctuée d’intrigues galantes menées tambour battant. Il insiste sur le caractère ludique, factice, de la Cour du jeune Louis XIV qui prend la France pour une scène de spectacle. Les pages sur la mort d’Henriette, la confession arrachée par le janséniste Feuillet, l’oraison de Bossuet qui agit comme un baume tout sulpicien, sont des morceaux de choix. Ils nous plongent dans les mentalités profondes de l’âge baroque français.

Jean-Joël Brégeon

À propos de

Henriette-Anne d’Angleterre. Belle-sœur de Louis XIV. Par Christian Bouyer, Pygmalion, 254 p., 19,90 €

Boutique. Voir l’intégralité des numéros : cliquez ici

La Nouvelle Revue d'Histoire