La Nouvelle Revue d'Histoire : "L'histoire à l'endroit". Fondée en 2002 par Dominique Venner et dirigée par Philippe Conrad.

Ce film montre bien la perversité du régime soviétique, fondé sur le mensonge utopique de l’égalité absolue, la peur et la délation.

L’affaire Farewell

L’affaire Farewell

Source : La Nouvelle Revue d’Histoire n°47, mars-avril 2010. Pour retrouver ce numéro, rendez-vous sur la e-boutique en cliquant ici.

Moscou, au début des années 1980. En pleine guerre froide, un colonel du KGB (Emir Kusturica), déçu du régime communiste, décide de faire tomber le système.

Il prend contact avec un jeune ingénieur en poste à Moscou (Guillaume Canet) et lui fournit des informations confidentielles. Pour servir sa patrie et abattre le régime qu’il déteste, celui-ci met sa propre famille en danger. Les services secrets occidentaux parviennent par cette source, dénommée Farewell, à démanteler la plupart des réseaux d’espionnages industriels et militaires.

Inspiré d’une authentique affaire d’espionnage, ce film de Christian Carion insiste sur les relations entre ces deux hommes tout en exposant les enjeux stratégiques et politiques. Il montre bien la perversité du régime soviétique, fondé sur le mensonge utopique de l’égalité absolue, la peur et la délation. Mais suite à des indiscrétions des services occidentaux, le colonel russe sera finalement arrêté, torturé et exécuté d’une balle dans la tête.

À propos de

L’affaire Farewell (2009), Fox Pathé Europa, 20 €

Boutique. Voir l’intégralité des numéros : cliquez ici

La Nouvelle Revue d'Histoire