La Nouvelle Revue d'Histoire : "L'histoire à l'endroit". Fondée en 2002 par Dominique Venner et dirigée par Philippe Conrad.

La pertinence du regard et de l’expression de ce témoignage d’une « force exceptionnelle » (Max Gallo), en font « une source historique de première main ».

Souvenirs de guerre, 1940. D’Anvers à Dunkerque

Souvenirs de guerre, 1940. D’Anvers à Dunkerque

Source : La Nouvelle Revue d’Histoire n°58, janvier-février 2012. Pour retrouver ce numéro, rendez-vous sur la e-boutique en cliquant ici.

Écrits à chaud dans les six mois qui ont suivi l’étrange défaite de 40, les Souvenirs de guerre de Lucien Richard reflètent l’état d’esprit d’innombrables jeunes Français qui avaient cru à l’invincibilité de la ligne Maginot.

Souvenirs de guerre, 1940. D’Anvers à Dunkerque« Ils veulent la guerre, tant pis pour eux », écrit le 10 mai ce jeune caporal appelé au 121e RI. Mais les avions et les chars donnent à l’armée allemande une supériorité écrasante. Bientôt les hommes tournent le dos à l’ennemi.

Dans une langue nerveuse et imagée il livre une vision particulièrement intéressante de la psychologie du soldat de 1940 aux prises avec des événements qui le dépassent. « Ils n’ont pas peur, ils ne fuient pas […] Mais ils ont cru longtemps aux mensonges des journaux, aux promesses des hommes d’État, au génie de notre Grand État-Major […] Maintenant que les fanfaronnades du Führer se réalisent comme des prophéties, ils se croient trahis […] Le combat est inutile ».

La pertinence du regard et de l’expression de ce témoignage d’une « force exceptionnelle » (Max Gallo), en font « une source historique de première main ».

Jean-Pierre Bonicco

À propos de

Souvenirs de guerre, 1940. D’Anvers à Dunkerque. Par Lucien Richard, préface de Max Gallo, Bernard Giovanangeli, 190 p., 20 €

Boutique. Voir l’intégralité des numéros : cliquez ici

La Nouvelle Revue d'Histoire