La Nouvelle Revue d'Histoire : "L'histoire à l'endroit". Fondée en 2002 par Dominique Venner et dirigée par Philippe Conrad.

Militant autonomiste, diplômé de l’institut d’études politiques (IEP) de Strasbourg, l’auteur nous en propose une histoire certes engagée, mais très documentée.

Aux sources de l’autonomisme alsacien-mosellan (1871-1945), de Michel Krempper

Aux sources de l’autonomisme alsacien-mosellan (1871-1945), de Michel Krempper

Source : La Nouvelle Revue d’Histoire n°83, mars-avril 2015. Pour retrouver ce numéro, rendez-vous sur la e-boutique en cliquant ici.
Aux sources de l’autonomisme alsacien-mosellan (1871-1945)

Aux sources de l’autonomisme alsacien-mosellan (1871-1945)

Conquise par la France en 1648, l’Alsace n’en a pas moins continué à développer une identité propre, dont les dernières élections régionales viennent de confirmer la vigueur.

La voie de cette identité tout à la fois française et germanique ne cesse cependant d’intriguer. Militant autonomiste, diplômé de l’institut d’études politiques (IEP) de Strasbourg, l’auteur nous en propose une histoire certes engagée, mais très documentée.

Héritière d’une longue tradition, la revendication autonomiste contemporaine s’affirme dès 1874, trois ans après le rattachement de l’Alsace et de la Moselle au Reich allemand. C’est « l’âge d’or » du Reichsland Elsass-Lothringen, qui se voit accorder par Berlin, en 1911, une constitution, un gouvernement régional et une assemblée – le Landtag. L’autonomisme renaît dans le cadre français et, dès 1928, les Alsaciens-Mosellans envoient une majorité de députés autonomistes à l’Assemblée nationale.

La Seconde Guerre mondiale constitue en revanche une rupture : rattachée au pays de Bade pour former le Gau Oberrhein au sein du IIIe Reich, la région doit fournir 135 000 « malgré nous » aux armées allemandes avant de subir une sévère épuration à la Libération. Le particularisme des « départements recouvrés » est cependant immédiatement réaffirmé, contrairement aux hésitations manifestées par la République en 1919, et c’est dans ce cadre que la défense de l’identité régionale trouve aujourd’hui un écho de plus en plus puissant.

À propos de

Aux sources de l’autonomisme alsacien-mosellan (1871-1945). Par Michel Krempper, Éd. Yoran Embanner, 390 p., 20 €

Boutique. Voir l’intégralité des numéros : cliquez ici

La Nouvelle Revue d'Histoire